LA  SELF-DEFENSE  et LA LOI :

                                                La Self-Défense a ceci de très particulier est qu’elle se pratique dans la rue ; les conditions de combat sont à l’opposé de celles que nous rencontrons dans les salles de sport. Il n’y a par exemple aucune règles dans la rue. L’agresseur les ignore, ne les respecte pas ou les transgresse. Dans la rue, on ne choisit pas son adversaire ; la revanche n’est pas prévue. Un seul objectif s’impose alors à nous : sauver notre intégrité physique.
                                                 Mais a-t-on le droit de tout faire pour se tirer d’un mauvais pas ?.L’absence de règles dans les affrontements de la rue ne doit pas nous faire oublier la règle absolue qui s’impose à tous et en tous lieux, celle de la République :La Loi.
                                              “ Nul n’est censé ignorer la Loi ”                                                 La notion juridique actuelle de la Légitime Défense des Personnes est incluse dans l’article 122-5 alinéa 1 du Nouveau Code Pénal qui précise :
“ N’est pénalement pas responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit dans le même temps un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense et la gravité de l’atteinte.”
 
                             Les différentes conditions de la légitime défense (éléments constitutifs ) :
 
un acte réel : c’est à dire se basant sur des critères objectifs. La crainte subjective ne suffit pas. En aucun cas elle ne sera retenue pour une réponse impulsive trop rapide à un geste non significatif ou imaginaire, ni pour la riposte avec anticipation à un acte à venir supposé dangereux.
un danger actuel : il doit être imminent, sur le point de se réaliser. L’imminence de la frappe ne permet pas de se placer sous la protection de l’autorité publique.
l’acte doit être injuste : c’est à dire non autorisé ou ordonné par la loi.
la riposte doit être nécessaire : elle doit être l’unique moyen de se soustraire à l’agression.
la riposte doit être simultanée : c’est à dire effectuée dans le même temps que l’agression.
la riposte doit être proportionnée : elle doit être l’acte nécessaire pour échapper à son agresseur ou pour le neutraliser.
                                                   Il est préférable de chercher à maîtriser son agresseur pour le remettre à l’autorité publique compétente seule détentrice du droit de réprimer.
                                                    Avant “ d’entrer ” dans un combat de rue, chacun doit se rappeler qu’il peut être amené à répondre des ses actes devant la justice.



Créer un site
Créer un site